Comment mesurer le ROI pour un projet d’affichage dynamique ?

Développez vos ventes grâce à l’affichage dynamique !

Un slogan très attractif qui peut susciter l’envie d’investir dans la communication digitale de son réseau de points de vente. Mais dans un contexte économique difficile, les décideurs contrôlent davantage leurs investissements et souhaitent connaitre le ROI (Return On Investment) de tout projet, y compris ceux liés à la communication digitale de leur enseigne.

L’investissement dans une solution d’affichage dynamique (un des supports de la communication digitale) peut représenter une part non négligeable du budget communication d’un magasin, d’une chaîne de points de vente, de centres commerciaux… Par conséquent, cette solution doit être l’objet d’un choix fondé sur des chiffres qui prouveront ou non la véracité du slogan « développez vos ventes grâce à l’affichage dynamique ! ».

Comment mesurer le ROI de l’affichage dynamique ?

Le retour sur investissement est la différence entre les gains générés par un investissement, et le coût initial d’un projet :

Par exemple, pour un coût moyen d’un projet d’affichage dynamique de 100 écrans estimé à 284 400 € (source : WireSpring), le ROI sera positif si les retombées économiques (exprimées à l’aide de l’évolution du chiffre d’affaires résultant de l’investissement) dépassent ce montant sur la durée de la période d’amortissement. Le décideur prendra en compte ce calcul afin de mesurer les bénéfices et justifier son investissement.

Mais avant de se lancer dans la mesure du ROI, il faut se poser la question de la pertinence des indicateurs utilisés. Au-delà de l’évolution du chiffre d’affaires, les profits attendus peuvent se traduire par :

Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

 

Vers un outil de mesure plus approprié : le ROO

Contrairement au ROI, le ratio ROO (Return On Objectives) permet d’acquérir un degré de liberté plus important dans le choix de ses indicateurs. L’entreprise mesure les bénéfices de son investissement en fonction de critères qu’elle détermine à l’avance : nombre de clients fidèles, taux de décision d’achat dans le magasin, attraction de nouveaux clients…  Par ailleurs, ces indicateurs de mesure (qualitatifs ou quantitatifs) fournissent aux décideurs un meilleur éclairage de leur clientèle, en apportant une décomposition qualitative de leur chiffre d’affaires.

Exemple :

Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

 

Outre ces données quantitatives, d’autres critères plus intangibles peuvent être utilisés : modernité et dynamisme de l’image, satisfaction et intérêt du client, … à vous de construire votre propre indicateur adapté à votre stratégie (on pourra lire à ce sujet l’article « Réussir sa communication digitale »).

Cette méthodologie de mesure permet de justifier en aval un investissement en évaluant les retombées (positives ou négatives). Cependant, il existe une méthodologie de mesure de performance qui permet, en amont d’un projet d’affichage dynamique, de prévoir les retombées économique de son investissement futur. Nous développerons cette méthode dans un prochain article !


Laisser un commentaire